1959 Vauclair (France)
Retour....
En ce temps là, début 1959 alors que les deux troupes ont fusionné pour ne faire qu'une seule troupe avec 7 patrouilles; un concours entre les patrouilles fut organisé pour définir l'endroit du futur camp.

Il parait que ce concours se faisait chaque année et que la patrouille gagnante emportait un cadeau en matériel de camp. (Haches, batterie de casseroles etc...) Je ne sais qui a lancé l'idée d'établir le camp sur les ruines de l'abbaye de Vauclair en France mais c'est cette idée qui fut retenue.

Les chefs s'étaient rendus sur place 2 ou 3 mois précédant le camp pour y inspecter les lieux. Ils y ont vu le ruisseau portant le joli nom de «l 'Ailette» et les ruines recouvertes d'un tas de ronces.




Camper dans les ruines d'une Abbaye submergée de végétations a surement donné à certains l'idée d'aller à la découverte. Arrivé sur place, il a fallu défraichir l'endroit pour installer les coins de patrouille. Pour l'Abbé Grevesse étant un peu à l'écart des autres tentes, il a fallu faire un chemin pour qu'il puisse arriver à destination avec sa voiture une opel Break. L'Ailette était à sec, tous les 2 jours l'abbè Grevesse partait avec quelques scouts et des jerricans faire le plein d'eau nécessaire la survie des scouts dans le camp.

Les Bisons furent installés dans l'enceinte de ce qui furent des «convers» coté Cellier. Une autre patrouille occupait la partie droite séparée par un corridor.

En défrichant leur parcelle, les Bisons y ont découvert une entrée qui s'enfonçait assez profondément dans le sol. Ils ont fabriqués une torche, l'ont allumée et descendirent les marches qui aboutissaient dans une cave fraiche dont la température ambiante ne dépassait guère les 15 degrés. Ils ont appelés cette cave le frigo (écologique).

Les autres patrouilles campaient aux alentours mais hors des ruines.

Mais le camp n'avait pas pour but de faire de l'archéologie, d'ailleurs personne n'était formé pour ce genre de boulot. Il fallait apprendre à vivre ensemble, à accepter les corvées, à se développer en pleine nature et la respecter comme le firent autrefois les moines.

Un soir de « totemisation », Lucien ainsi que d'autres scouts devant recevoir leur totem devaient monter sur un mur, les yeux bandés et la corde au cou. Façon de leur faire croire qu'ils allaient être pendus. D'où le nom donné par les scouts du camp, mur des pendus. 

Un jour, le garde chasse est passé par là et leur a confirmé qu'ils pouvaient aller où ils voulaient et faire ce qu'ils voulaient, exception que s'ils trouvaient des munitions en alerter les autorités. Il ne faut pas oublier que cet endroit a été bombardé durant la guère. Il fallait aussi faire attention parce que dans les ruines il y avait des vipères. Les scouts en ont vu et des fameuses.

Bref le camp fut une réussite, 40 à 50 scouts et chefs y ont participé.

6 ans plus tard, le Père Anselme eut l'idée d'y faire des fouilles et demanda au groupe « Sources » de l'UCL animé par le père René Courtois de s'y associer et c'est justement cela qui va donner de l'importance aux souvenirs des scouts de notre unité qui ont participés au camp de Vauclair en 1959.
Auraient-ils donnés l'idée de redécouvrir ce site fantastique? 
Le site de Vauclair au moment du camp était à l'abandon et jusqu'en 1966 menacé de disparaître dans l'indifférence, si bien qu'il n'existait que très peu de documents. Le père René Courtois entreprit avec le père Anselme le sauvetage de ce qui restait du monastère Cistercien. Il s'y installera jusqu'à sa mort en 2005.

A partir du printemps 1966, avec l'arrivée du groupe des étudiants de l'université de Louvain, animé par le père jésuite René Courtois, (qui deviendra le groupe “Sources“) les recherches archéologiques à Vauclair prennent de l'ampleur. Le programme s'étend progressivement à l'ensemble du site et se poursuivra pendant plus de 30 ans. Aujourd'hui, grâce à un groupe de jeunes bénévoles et d'autres scouts, les belles ruines de l'abbaye de Vauclair, dans l'Aisne, veillent sur un jardin médicinal unique en France.

Le père René Courtois y mourut en 2005 laissant à la France un patrimoine architectural très important.


Le nom de Vauclair vient de Vallis Clara c'est aussi la 15ème construction (15ème fille) de Clairvaux (Clara Vallis) premier monastère Cistercien. 700 abbayes du même type ont été construites en Europe entre 1098 année de fondation des Citeaux et l'année 1300 et cela selon la même infrastructure.

(La cistelle est une plante qui pousse dans les vallées principalement orientées d'Est à l'Ouest. C'est une plante d'eau qui devint le symbole des moines cisterciens).

Emblème des Cisterciens Ecusson de l'Abbaye de Vauclair

Sites à visiter:

Vauclair en 2010, photo de Emile Hubert

http://www.aisne.com/photos_ftp/actu/Vauclair_2_comprendresite.pdf

http://www.abbaye-vauclair.fr

http://home.scarlet.be/vauclair/index.html

http://www.cister.net/FR/historique/presentation-historique.aspx

à suivre...

Retour....